ArtCatalyse : l'art qui dialogue avec l'environnement

Prix décernés


  L’art qui dialogue avec l’environnement



Lauréats 2022 de la résidence de recherche artistique hors les murs

Observatoire de l’Espace, laboratoire culturel du CNES



Suivant

Janvier 2022 : Valère Costes et Justine Emard sont les lauréats 2022 de la résidence de recherche artistique hors les murs de l’Observatoire de l’Espace, le laboratoire culturel du CNES.

L’Observatoire de l’Espace du CNES soutient des artistes qui souhaitent développer des projets de création ancrés dans l’imaginaire spatial, qui participent d’une approche concrète et anthropologique de l’Espace. Valère Costes et Justine Emard, lauréats de l’appel à projets pour la résidence hors les murs 2022, bénéficieront d’un temps de recherche d’un an pendant lequel ils seront accompagnés par l’Observatoire de l’Espace, à travers un soutien dans leurs recherches documentaires, une mise en relation avec des acteurs du domaine spatial ou encore un accès donné à des sites scientifiques et techniques. Leurs projets de recherche artistique porteront sur les conditions de vie en milieu spatial et s’inspireront de la méthodologie des expériences scientifiques.

Valère Costes : Extrapolation for Space Agriculture (ESA)

Valère Costes mènera un projet intitulé Extrapolation for Space Agriculture (ESA). Inspiré par les recherches scientifiques sur l’agriculture dans l’Espace, cette expérience artistique consistera à mettre en place une série de dispositifs mécaniques et électroniques soumettant plusieurs espèces de plantes à un entrainement spatial. Chacun des binômes plante/machine tentera de simuler les contraintes physiques liées à la vie végétale en milieu spatial (impesanteur, perte des repères lumineux, humidité, etc.). Les plantes étudiées s’en trouveront déformées, atrophiées ou prospéreront car elles devront s’adapter à ces conditions particulières. La phase de croissance des plantes fera l’objet d’une exposition au centre d’art Esox Lucius - Le Quai (294M9) à l’été 2022 , et les conclusions de l’expérience seront rassemblées dans un herbier. Avec ce « freak show végétal », Valère Costes détournera la méthodologie de l’expérience scientifique, pour nourrir son processus créatif ancré dans une poétique de la contrainte et étudier la possibilité d’une agriculture spatiale.

Valère Costes invente des dispositifs au sein desquels le vivant et les phénomènes physiques se voient ramenés à de laborieux mouvements. Dans ses installations mécaniques, il porte un regard critique sur ce qui est fait dans le dessein d’imiter le réel, en détournant les méthodes et l’esthétique scientifiques. Il participe à des expositions individuelles et collectives, notamment à la villa Arson à Nice, au FRAC Lorraine, au CCC de Tours, au musée/FRAC Occitanie Les Abattoirs de Toulouse ainsi qu’au festival du printemps de septembre.

Justine Emard : Hyperphantasia, les rêves de l’Espace

Avec le projet Hyperphantasia, les rêves de l’Espace, Justine Emard interrogera la place du rêve dans l’aventure spatiale en s’intéressant à l’évolution du sommeil avant, pendant et après un séjour dans l’Espace. L’artiste travaillera en collaboration avec la neurologue Rachel Debs (CHU de Toulouse), qui étudie le sommeil au cours des voyages spatiaux dans le cadre de l’expérience DREAMS. À partir des mesures encéphalographiques effectuées sur Thomas Pesquet pendant la mission Alpha, Justine Emard composera un paysage de formes 3D pour matérialiser les rêves de l’astronaute. À travers l’interprétation artistique de ces données scientifiques, elle questionnera la potentialité d’un onirisme propre au voyage spatial, qui permettrait de produire de nouvelles images mentales. Le résultat de cette recherche sera présenté au sein d’une installation au Fresnoy – Studio national des arts contemporains, à l’occasion de l’exposition PANORAMA 24 à l’automne 2022.

Justine Emard explore les nouvelles relations qui s’instaurent entre nos existences et la technologie. En associant différentes technologies de l’image – photographie, vidéo, réalité virtuelle et performance –, elle situe son travail dans un flux alliant la robotique, les neurosciences, la vie organique et l’intelligence artificielle. Ses œuvres ont été exposées à la Biennale internationale d’art contemporain de Moscou et dans des musées et centres d’art contemporain en Allemagne, au Japon, au Royaume-Uni et en Russie.

Lauréats du Prix COAL 2021 et Prix Etudiant COAL Culture et Diversité Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par e-mail Imprimer Partager sur LinkedIn

  © ArtCatalyse / Marika Prévosto 2007 - 2022. Tous droits réservés